Heures d'ouverture saison estivale En savoir plus

Bibliothèque municipale de Rouyn-Noranda

Adultes

Essais

Chroniques politiques T.02 1970-1971

René Lévesque

René Lévesque (1922-1987) demeure dans la mémoire collective des Québécois une figure politique marquante du XXe siècle, mais ne fut-il pas d'abord un journaliste ? Entre la défaite de l'« équipe du tonnerre » de Jean Lesage aux élections de 1966 et l'accession au pouvoir du Parti québécois en 1976, il partage son temps entre une activité politique intense et un retour à l'une des pratiques du journalisme, la chronique. Sait-on qu'en dix ans à peine, il a signé quelque 1 400 chroniques ? Grâce à la Fondation René-Lévesque et aux Éditions Hurtubise, ces articles méconnus seront maintenant accessibles dans leur intégralité. Les historiens Éric Bédard et Xavier Gélinas ont veillé à l'établissement des textes et à leur présentation.

Nelly Arcan, trajectoires fulgurantes

Collectif

On s'est beaucoup intéressé à Nelly Arcan comme figure médiatique ou comme symbole de la féminité contemporaine. Ce livre invite à se recentrer sur son travail d'écrivaine. Ici, chercheur·e·s, lecteurs et lectrices se penchent sur son oeuvre et suggèrent des pistes pour comprendre ce qu'elle ébranle, pour saisir ce que cette écriture, qui a un si fort potentiel performatif, a changé dans la littérature, comment elle agit encore maintenant. Entre autofiction et mascarade, entre nihilisme et critique sociale, cette oeuvre de contrastes, portée par une voix impitoyable, continue de poser des questions. Comment se défaire des rôles qui nous aliènent? Comment déjouer les désirs scriptés, tout en continuant de jouer ensemble? Que peut la littérature dans ce jeu?

Un présent infini

Rafaële Germain

Et si nous avions oublié les vertus de l'oubli? L'histoire de l'humanité, jusqu'à très récemment, a été une vaste entreprise d'archivage - une lutte contre la faillibilité de la mémoire humaine et les mâchoires oblitératrices de l'Histoire. Or, depuis quelques décennies, nous nous sommes dotés de technologies nous permettant de ne plus jamais oublier, voire de ne plus pouvoir oublier. Il y a de quoi se réjouir et c'est bien ce que nous faisons, en nous rendant plus inoubliables que jamais sur les réseaux sociaux et dans nos vies quotidiennes de plus en plus numérisées. Pourtant notre mémoire collective semble de plus en plus dispersée, de moins en moins enracinée. Et si nous avions perdu quelque chose en route? À travers de courtes adresses à son père, Georges-Hébert Germain, dont la mémoire s'est progressivement éteinte avant la fin, Rafaële Germain pose ces questions, et cherche des réponses. Il sera question de trains multicolores, d'une femme en sari mauve et d'un escalier roulant, de moines copistes et de Néandertaliens, et du sentiment d'appartenance à une époque donnée. De la transmission, aussi, et du besoin d'entretenir ses racines.

La Noyade de 9604 caribous

Gaetan Hayeur

En septembre 1984, 9604 caribous trouvaient la mort par noyade à la chute du Calcaire de la rivière Caniapiscau, principal affluent du fleuve Koksoak qui se déverse dans la baie d'Ungava. Cet événement peu ordinaire et fortement médiatisé opposa fermement Hydro-Québec et la Société d'énergie de la Baie James (SEBJ) aux Autochtones qui accusaient Hydro-Québec d'avoir provoqué cette « catastrophe » en ouvrant l'évacuateur de crues du réservoir Caniapiscau, ce qui, selon eux, avait gonflé les eaux de la Caniapiscau et entraîné la mort des caribous. Cet accident confronta également les gouvernements du Québec et de Terre-Neuve, ainsi que les ministères québécois de l'Environnement et du Loisir de la Chasse et de la Pêche tout autant que le Secrétariat des activités gouvernementales en milieu amérindien et inuit (SAGMAI) qui ne s'entendaient pas sur les causes de cette noyade massive : était-ce un événement naturel ou une erreur d'Hydro-Québec ? Cette controverse se prolongea sur plus d'un an et engendra un cirque médiatique international d'une ampleur démesurée où les faits furent souvent sacrifiés au profit de la fiction et d'opinions farfelues. Cette saga médiatique a créé une légende urbaine tellement ancrée dans l'imaginaire collectif que, malgré les études scientifiques nombreuses et les témoignages des spécialistes qui démontraient qu'il s'agissait d'un événement naturel, beaucoup de gens croient toujours, près de 30 ans plus tard, qu'Hydro-Québec était responsable.

Le Code Québec : les sept différences qui font de nous un peuple unique au monde

Jean-Marc Léger & Al

La majorité des Québécois sont issus d'une culture française, vivent dans une société anglaise avec un mode de vie américain. Qui sommes-nous? Que voulons-nous? Qu'espérons-nous?

Cet ouvrage dresse un portrait surprenant, souvent déstabilisant, parfois embarrassant mais surtout non complaisant de la personnalité québécoise. Au fil des 30 dernières années, la firme de sondages Léger a recueilli les secrets les plus intimes, les peurs les plus profondes et les plus grands espoirs des Québécois et des Canadiens pour ainsi redéfinir ce qui fait la différence québécoise. Basé sur une approche scientifique, ce livre dévoile les sept traits identitaires qui font de nous un peuple unique au monde. Ni meilleur ni pire, mais assurément différent.

Le Code Québec, c'est la clé pour ouvrir le coeur, l'âme et même le portefeuille des Québécois!

Le sens du devoir

Lise Payette

 

Quand Lise Payette se vit confier dans les années 1970 le difficile mandat de réformer, en tant que ministre, l'assurance automobile au Québec, elle devint rapidement, de son propre témoignage, incollable sur la question. Confrontée à l'aliénation et à la mauvaise foi de l'Assemblée nationale durant cette même période, elle n'éprouva aucune réticence à critiquer publiquement l'atmosphère du Salon bleu, au risque de se gagner quelques inimitiés au sein de ses collègues d'alors. Longtemps, par la suite, dut-elle essuyer les conséquences de sa franchise d'alors; mais cela allait devenir la marque de son fort caractère. Jamais elle n'accepta de se taire pour épargner les douces sensibilités de ses détracteurs, surtout lorsqu'il y avait péril en la demeure. Scénariste, chroniqueuse, animatrice, politicienne : Lise Payette n'a jamais été connue pour mâcher ses mots. En l'espace de cent chroniques (ou presque), on retrouve ici toute la verve avec laquelle elle a su, dans les pages du Devoir, s'emparer du crachoir pour dénoncer les puissants et faire valoir les droits de tant de minorités : les femmes, les peu nantis, le « petit peuple » et, bien sûr, son Québécois chéri, citoyen d'un pays à venir...

 

Album Anne Hébert

Bernard Chassé | Nathalie Watteyne

Anne Hébert aurait eu cent ans en 2016. Cet album retrace les grands moments de sa vie et d'une soixantaine d'années consacrées à l'écriture, grâce à des documents textuels et visuels rares ou inédits, de sa naissance, à Sainte-Catherine, à sa mort
à Montréal, en 2000. Les paysages de son enfance et de sa jeunesse à Québec et dans la région de Portneuf y fi gurent, tout comme Paris, qu'elle a habité, et Menton, où elle est allée régulièrement se ressourcer, écrire aussi. La correspondance avec ses proches, en particulier avec son frère Pierre, ainsi que ses carnets d'écriture ou des textes qu'elle a écrits sur la langue, sur l'art et sur les paysages québécois, révèlent combien la vie et l'oeuvre sont étroitement liées chez cet être d'exception, qu'on aura le plaisir de revisiter ici, tant dans ses activités publiques que dans son intimité.

Stadorama : regards en kaléidoscope sur le Stade olympique

Catherine Mathys

 

Le 17 juillet 1976, le Stade olympique accueillait ses premiers visiteurs. Quarante ans plus tard, ce monument emblématique et toujours controversé de Montréal continue d'alimenter nos discussions, comme un personnage un peu voyant qui se serait invité dans l'histoire de la métropole. Des auteurs provenant d'horizons variés se sont réunis pour analyser, interroger, rêver ou exorciser le Stade. Catherine Mathys s'est penchée avec eux sur la relation complexe que les Québécois entretiennent avec l'impressionnant édifice de Taillibert et sur le rôle qu'il peut et doit encore tenir dans la vie montréalaise. Empruntant une forme éclatée conjuguant des textes philosophiques, sociologiques ou historiques, mais aussi des fictions, des recettes, nouvelles et des planches graphiques, ce beau livre présente l'emblème des Jeux de 1976 sous un jour nouveau et multiple. Faire vivre le stade au-delà de son béton et de ses fissures, telle est la mission de Stadorama.

 

Cellule 8002 L'histoire jamais racontée vs Mafis

Daniel Renaud

CELLULE 8002 VS MAFIA est l'histoire inédite d'enquêteurs qui ont battu le crime organisé sur son propre terrain à coups de provocations, de filatures spectaculaires et de gestes d'éclats. L'enquête Colisée, dont ils ont été des acteurs clés, a changé à tout jamais le visage de la mafia montréalaise, et son impact se ressent toujours, dix ans plus tard. Si l'enquête Colisée a marqué les annales du crime au pays, elle ne s'est toutefois pas déroulée sans heurt. C'est une équipe d'enquêteurs, la cellule 8002, qui a sauvé la mise. Faisant figure de négligés au départ, les "mauvais garçons de l'enquête Colisée" ont effectué d'importantes saisies de stupéfiants et prouvé les principales infractions qui ont envoyé les lieutenants de la mafia montréalaise derrière les barreaux.

Plus peur de l'hiver que du diable : une histoire des Canadiens français en Floride

Serge Dupuis

Les « Snowbirds », selon l'expression consacrée, raffolent de la chaleur et du mode de vie de la Floride, petit paradis climatique qui attire chaque année plus d'un million de touristes et cent cinquante mille hivernants canadiens de langue française.
Cet engouement ne date cependant pas d'hier. Plus peur de l'hiver que du Diable retrace, sur plus de cent ans, la passionnante histoire de la migration canadienne-française vers cet état du sud-est des États-Unis. De la colonisation agricole du 19e siècle aux vagues d'émigration économique des années 1930, de la naissance du tourisme de masse de l'après-guerre aux enfants d'immigrants, le livre traite des enjeux de cette migration et analyse ses caractéristiques.
Appuyée sur des données tirées de fonds d'archives et des enquêtes de terrain, de même que sur une solide historiographie, cette synthèse vise également à expliquer en quoi la migration vers la Floride a formé un pôle d'attraction de la « Franco-Amérique » : en ce sens, elle s'inscrit dans le champ des études sur les minorités.

La pipe d'Oppen

Paul AUster

Dans quinze textes, l'auteur examine des écrivains qu'il apprécie particulièrement, de Georges Perec à Samuel Beckett, et sur le cinéaste Jim Jarmusch. L'évocation de ses rencontres avec ces auteurs lui donne aussi l'occasion de s'interroger sur la pratique de l'écriture dans son ensemble.

Lève la tête,mon frère ! Hommage à Pierre Falardeau

Pierre-Luc Bégin

Pierre-Luc Bégin, ami de Falardeau, et la compagne du défunt cinéaste, Manon Leriche, ont regroupé dans ce recueil des témoignages d'amour, d'admiration et de respect envers le disparu exprimés lors de son décès, mais aussi des textes publiés du vivant du cinéaste ainsi que d'autres textes écrits plusieurs mois, voire plusieurs années après son départ.

Il y a de tout : lettres personnelles, lettres publiques, courts messages de sympathie, analyses de son ouvre, communiqués de presse, motion à l'Assemblée nationale, chanson, etc. Et la liste des auteurs est impressionnante. On y retrouve artistes, politiciens, militants, amis, parents, jeunes, vieux, inconnus, personnalités publiques. Des textes qui pèsent leur poids de larmes, et des textes qui vont dans les profondeurs de la vie et de l'ouvre de l'artiste.

Une lettre bouleversante de sa compagne ouvre le recueil, lequel se conclut sur un message de leur plus jeune fils à son père. Touchant. Vibrant. Entre les deux, dans cette espèce de biographie écrite à quarante mains, s'accumulent les mots d'amour, de peine, de rage, de révolte et d'espoir de ceux qui croient, comme Falardeau, que rien n'est plus précieux que la liberté et l'indépendance.